Panama J2 : Canal et côte Caraïbe

Panama J2 : Canal et côte Caraïbe

by Denis Calvayrac

Aujourd’hui, nous avons une grande journée de visite de toute la région du canal jusqu’à la côte Caraibe.

Nous rencontrons notre guide, Eric, et partons avec Walter.

Nous commençons par traverser Panama City puis notre entrons dans l’ancienne zone américaine. En effet, en 1903, au début de la reprise de la construction du canal, les États-Unis négocient l’obtention d’une concession perpétuelle pour la construction et l’exploitation du futur canal ainsi que la souveraineté absolue sur une bande de 10km autour du canal. Au fil des années, plusieurs bases militaires y sont installées et cela devient un véritable état dans l’état. Toutes les infrastructures sont présentes (écoles, équipements sportifs, aéroports, …). Plus de 3000 américains vivent dans cette zone. En 1977, un accord est signé entre Jimmy Carter et Omar Torrijos afin de restituer au Panama le contrôle complet du canal le 31 décembre 1999.

Aujourd’hui, la frontière entre la ville de Panama et cette zone est encore très visible : la ville s’arrête d’un coup et la forêt démarre. Nous traversons également une ancienne zone résidentielle avec des maisons typiquement américaines et le bowling !

Nous suivons la route qui traverse le Panama pour remonter vers la côte Caraïbes jusqu’à la ville de Portobelo.

Portobelo a joué un rôle très important dans l’histoire du Panama : à l’époque coloniale, la majorité des richesses que l’Espagne embarquait pour l’Europe partait de ce petit port au fond d’une baie, découverte par Christophe Colomb en 1502. Du XVIe au XVIIIe siècle, chaque année, les navires espagnols venaient charger leurs cargaisons à l’occasion d’une immense foire (pouvant durer jusqu’à 40 jours). On y échange or, perles, pierres précieuses, argent des colonies,  contre les marchandises fabriquées en Europe mais également des milliers d’esclaves amenés d’Afrique de l’Ouest.

Etant donné l’accumulation de marchandises et de métaux précieux, Portobelo a très vite fait l’objet de tentatives de pillage dont celles des célèbres corsaires Parker et Morgan qui pillèrent la ville.

Il reste aujourd’hui des vestiges des forts qui permettaient de défendre la ville avec leurs nombreux canons tournés vers la mer pour protéger la ville. Sinon la ville est restée très petite et typique.

 

 

Nous déjeunons dans un petit restaurant local : soupe à la viande pour Manon (morceau de viande dans une soupe avec du manioc et yucca), poulet et poisson grillé pour les autres avec du riz-coco.

Après déjeuner, nous rejoignons le canal pour visiter les écluses de Gatun. Ces écluses ont été ouvertes en 2016 en parallèle des anciennes afin d’augmenter la taille des bateaux pouvant traverser le canal. Ces écluses longes de près d’un km sont composées de 3 bassins de 330 m chacun et de 33,5m de large afin d’élever les navires de 26m au-dessus de la mer.

Nous arrivons juste avant l’entrée dans l’écluse d’un navire porte-containers en provenance de Colombie. Le navire est escorté à l’avant, sur les côtés et à l’arrière par 6 petits bateaux qui le dirigent pour entrer dans l’écluse. L’entrée parait difficile et le navire parait très très proche du bord.

Les droits de traversée ont explosé avec ces nouvelles écluses : pour ce navire, on estime les droits à 800 000 euros.

 

 

Après cette visite, nous partons vers Colon pour prendre le train du retour. Colon est la 2eme ville du pays. Elle contient une énorme zone dédiée au libre-échange de marchandises où travaillent 35 000 personnes et où les cadres vivent dans des résidences ultra protégées. Ici, la séparation entre les riches et les pauvres est totale : la ville est délabrée et envahie par la délinquance.

Nous allons à la gare pour prendre le train transisthmique de retour vers Panama City. Il s’agit d’un  train avec un coté désuet : intérieurs en bois, grosses banquettes en cuir,… On nous sert même le café à notre place !

Au départ, on longe le lac Gatun qui correspond à la zone qui a été inondée lors de la construction du canal. L’eau étant basse en cette époque sèche, on voit les troncs de tous les arbres qui sont immergés.

 

 

Au retour à Panama City, Walter nous dépose au marché de poissons pour un diner simple et délicieux : ceviche, poisson grillé, crevettes grillées,….

Retour à l’hôtel en taxi. Ici, on croise des taxis partout et les courses ne sont pas chères.

Demain, visite de Panama City

You may also like

Leave a Comment